Par Sebastian Moran alias Dominique Gerbaud

J’ai récupéré un certain nombre de négatifs 45 x 107 sur plaque de verre, pris par mon Papa qui possédait un Vérascope. J’ai donc entrepris de les scanner pour les récupérer, les restaurer, et en faire, tu t’en serais douté, des cartes 8,5 x 17.

J’ai réalisé dans ce but une sorte de guide en carton, découpé dans un calendrier, qui me permet de poser neuf plaques 45 x 107 sur la vitre de mon scanner Epson V 700.

 

 A la différence avec ce qui est préconisé dans un autre document du club (Traitement Numérique des Plaques Stéréoscopiques par Daniel Chailloux et Roger Huet) je scanne toujours mes négatifs 45 x 107 gélatine en haut; j’obtiens donc une image positive comme celle-là, où sur chaque photo la droite est à droite et la gauche à gauche, mais la photo droite se trouve à gauche et réciproquement.

 

 

Ce qui peut se représenter symboliquement comme ceci :

 

Je préfère scanner en trichromie, car ce qu’on récupère dans chaque couche RVB est légèrement différent; chaque couche peut être traitée séparément; il me semble qu’on récupère plus, et que le résultat est plus équilibré.

La première chose à faire (mais cela peut aussi être mis en fin de parcours) consiste à se débarrasser des bandes noires et à améliorer les contrastes avec Photo-shop; on obtient cela :

 

Il est possible de désaturer pour avoir une photo N/B, puis éventuellement de la transformer en sépia.

C’est à ce moment qu’intervient l’indispensable Stéréo Photo Maker (je possède la version pour Mac, qui ne cause qu’anglais).

1 - File / Open stereo image. Pour ceux qui n’aiment pas Shakespeare Fichier / Ouvrir une image stéréo.

2 - View / Swap Left/Right. Vue / Echanger Droite et Gauche. Remplacé avantageusement en tapant X au clavier, ou en cliquant la petite icône rouge et bleue.

Départ :

 

Arrivée :

 

Il ne reste plus qu’à aller si on le souhaite, dans Adjust / Auto alignment. Ajuster / Auto-alignement.

Je préfère sauvegarder l’image Arrivée pour la traiter dans Photoshop où je l’adapte à mes bien-aimées cartes 8,5 x 17.

== == == == == == == == == == == == == == == == == ==  == == == == == == == == == == == == == == == == ==

En suivant la littérature du SCF, si on scanne la plaque négative gélatine sur la vitre avec le haut en haut et le bas en bas, le processus n’est pas le même : à gauche se trouve la vue gauche, et à droite la vue droite, mais chacune des vues a une inversion gauche-droite :

 

Ce qui se traite simplement sous SPM avec les fonctions de rotation du menu Edition ou les raccourcis clavier Ctrl + Flèche haut (rotation de l’image de gauche) et Ctrl + Flèche bas (rotation de l’image de droite) :

 

Maintenant on se trouve comme tout à l’heure à l’arrivée :

 

Il ne reste plus qu’à sauvegarder en vue des traitements ultérieurs.

== == == == == == == == == == == == == == == == == ==  == == == == == == == == == == == == == == == == ==

Pourquoi les images d’origine sont-elles inversées sur les négatifs ?

 

Nous photographions l’objet suivant :

 

Nous supposons que l’image de gauche est le L, et que l’image de droite est le R.

Sur notre surface sensible argentique ou numérique, nous obtenons l’image négative suivante :

 

Le L est bien en face de l’objectif gauche et le R en face du droit.

Nous opérons une rotation de 180 degrés pour remettre le haut en haut et le bas en bas :

 

Si nous ne changeons rien, le tirage positif sera :

 

Pour restituer les choses à leur place, telles que nous les voyons, quand on part du négatif, il y a donc bien lieu d’intervertir la vue droite et la vue gauche.

Quand on part de négatifs stéréoscopiques anciens, il FAUT intervertir les vues droite et gauche : SPM --> X.